Rugby : portrait de Mathieu Blin

Pour son 10ème anniversaire de partenariat avec le rugby, Gedimat honore des joueurs emblématiques du Top14. Découvrez le portrait de Mathieu Blin.


10 ans - Gedimat et le Rugby - Mathieu Blin

Se lier est le principe même du talonneur, il tient ses piliers, les cimente, forme avec eux un bloc pour contrecarrer la mêlée adverse. Au petit jeu de « qui est le plus fort », c'est lui le chef, il commande, il montre l'exemple. Il n'est pas le plus costaud du pack mais il en est souvent le plus téméraire. L'expression « Faire Jésus » est explicite, les bras en croix dans la luzerne, a longtemps collé à la peau des talonneurs, car, à l'époque, les deuxièmes lignes d'en face faisaient de leurs faciès une cible gourmande.

Né en 1977, l'année du grand-chelem de l’Equipe de France mené par Fouroux, Mathieu s'impose un parcours de vie exemplaire. Un parcours où les valeurs du rugby ne font qu'une avec celles de sa vie au quotidien. Après avoir rangé les crampons, le talonneur-électrique qu'il fut devient, en 2012, président de Provale, le syndicat qui défend les droits des joueurs de rugby pros, responsabilité  où se sont exprimés son esprit égalitaire et sa foi en l'homme. Mathieu aime les gens et il le prouve. En retour, il est apprécié et respecté dans le milieu, en Ovalie, il est chez lui !

Notre généreux talonneur parle d'or : « J'apprécie le mot décloisonner, casser des schémas dans le rugby et aussi, avec Gedimat à l'appui, faire tomber des cloisons pour agrandir les espaces. Le mot construire est essentiel, on construit sa vie, on construit la maison qui l'abrite. On bâtit aussi en rugby. Pour moi, c’est le cas, avec des hauts et des bas, grâce à ma fonction d’entraineur au S.U.Agen. Avec ce formidable monsieur qu'est Philippe Sella, j'ai eu la chance d'avoir quartier libre. A des échelles différentes, nous sommes tous des bâtisseurs de quelque chose, ce qui nous unis. »

Articles associés