Rugby : portrait de Yannick Bru

Pour son 10ème anniversaire de partenariat avec le rugby, Gedimat honore des joueurs emblématiques du Top14. Découvrez le portrait de Yannick Bru
10 ans - Gedimat et le Rugby - Julien Bonnaire

Bru en trois lettres Bon Rugbyman Universel, d'une Coupe du Monde à l'autre. Bon parce que l'homme n'est pas pollué, Rugbyman à devenir international, Universel parce qu'en tant que « Monsieur Diagonale », passant de l'ère Saint-André à l'ère Novès, il a la planète ovale pour chantier. La planète entière pour voir ce qui s'y passe et la France pour préparer le Mondial 2019 au pays du Soleil Levant. Donc « Monsieur Diagonale » a une mission hexagonale dont il refuse à penser qu'elle ressemble à la quadrature d'un cercle, d'autant plus que le cercle en question est ovale...

 Yannick est de cette race, les Gersois, plus précisément de Auch, la ville de d'Artagnan, qui ont donné à l'équipe de France trois entraineurs, Jacques Fouroux, Jacques Brunel et, lui, Yannick Bru. Des têtes de pioche qui ne s'avouent jamais battu. Notre homme est un perfectionniste, avec un dada, la touche. En tant qu'ancien talonneur, il sait de quoi il en retourne: le lancer est déterminant, question de timing avec le sauteur, un jeu de précision qui exige un appliqué travail répétitif. On sait que les lanceurs s'inspirent du basket en visant, de loin, le rond de panier afin d'affiner leur précision.

Moral d'acier et cœur tendre, Yannick est exigeant avec les autres, il peut se le permettre l'étant drastiquement avec lui même. Ayant compris depuis qu'il bataillait sur le pré de la vérité que le vrai ciment d'une équipe a pour nom amitié. Sachant pertinemment que les All-Blacks doivent (en partie) leur titre de « World Champion » 2015 à la fraternité unissant le trio maître McCaw, Carter, Ma'a Nonu.

Quand on appelle sa fille Victoire et son fils Max (comme maximum) on abhorre la défaite. Notre tellurique compagnon montre sur un court de tennis son sens du jeu, un jeu qui lui a permis de bonifier sa vitesse de déplacement. Sur les pentes des proches Pyrénées, il a trouvé dans le ski, un exutoire pour assouvir sa boulimie de vivre la nature à fond la caisse. Bru dans le pentu...

Articles associés